Les 7 000 dirigeants d’entreprise interrogés dans le cadre de l’étude Deloitte Global Capital Trends 2016 sont quasiment unanimes : 92 % d’entre eux considèrent la mise en place d’un nouveau modèle organisationnel comme une priorité absolue.

Et si les ressources humaines se doivent d’orchestrer le changement au sein de l’entreprise, l’ensemble de ses acteurs sont concernés car ce sont avec des marchés en pleine transformation numérique, mais aussi des salariés de plus en plus mobiles et spécialisés, qu’elle doit désormais composer son propre écosystème pour gagner en compétitivité.

Des marchés en pleine mutation : et les entreprises dans tout ça ?

C’est un fait : depuis les 20 dernières années, les marchés économiques connaissent de profondes mutations, pour la plupart impulsées par la démocratisation du Web.

La digitalisation des entreprises a favorisé la circulation des idées, la mobilité des hommes et la distribution de produits divers et variés. L’apparition, puis l’essor fulgurant du e-commerce en sont les résultats naturels : désormais, les entreprises peuvent effectuer leurs transactions plus rapidement, sans être restreintes par leur localisation géographique.

Ces mutations économiques se jouent également sur le marché de l’emploi. L’arrivée des générations Y et Z au sein des organisations, avec leurs attentes spécifiques, et les nombreuses créations d’entreprises individuelles témoignent d’une tendance forte : le besoin croissant de s’engager pour des projets innovants, qui motivent véritablement les collaborateurs.

Pour faire face à ces évolutions des acteurs et des enjeux économiques, les entreprises doivent s’adapter en changeant radicalement leur organisation. La constitution d’un écosystème peut alors leur permettre de s’engager sur la voie de la pérennité tout en gagnant en compétitivité.

Les bienfaits de l’organisation en écosystème pour l’entreprise

Commençons par définir rapidement la notion d’écosystème dans le cadre de l’entreprise. Ce modèle économique, identifié par l’économiste James Moore dans les années 1990, préconise une organisation de l’entreprise en réseau, tant interne (avec les salariés, les managers et la direction, les actionnaires…) qu’externe (avec les fournisseurs, les clients…).

De cette façon, différentes entreprises peuvent s’organiser autour d’une activité économique principale, tout en s’offrant mutuellement des opportunités commerciales.

Les atouts d’une telle organisation entrepreneuriale sont nombreux, puisqu’elle permet à l’entreprise de :

  • Se concentrer sur un marché de niche ou une compétence spécifique, tout en externalisant les tâches pour lesquelles elle n’est pas spécialiste ;
  • Réduire ses coûts, en limitant les investissements aux pôles de compétence ou d’activité les plus performants ;
  • Se montrer plus réactive et plus flexible, notamment face à l’évolution rapide des comportements de consommation ;
  • Motiver et fidéliser ses salariés, en leur permettant d’améliorer sans cesse leurs compétences.

L’entreprise et son écosystème : de nombreux défis à relever

Si la construction d’un écosystème économique s’avère aujourd’hui indispensable pour la compétitivité des entreprises, elle comporte toutefois son lot de challenges.

L’élaboration d’un solide réseau de partenaires et de collaborateurs nécessite d’abord de renverser le modèle traditionnel du marché concurrentiel. Vos concurrents d’aujourd’hui peuvent devenir vos partenaires de demain, à condition de rechercher le lien de complémentarité qui peut vous unir.

Il est également indispensable d’organiser et de formaliser la mobilité inter-entreprises, élément fondateur d’un écosystème d’affaires. La mobilité des salariés ne s’improvise pas ! Il faut d’abord créer une communauté fiable de partenaires, pour ensuite favoriser la mutualisation des compétences : c’est à la fois le pari et l’objectif d’Apitalent.